Créer son 1er plan de réseau avec Rocrail

Vous aimez ? Partager et Liker sur les réseaux sociaux.
  • 28
  •  
  •  
  •  
  •  
    28
    Partages

Cet article vous plait ? Partager le sur les réseaux sociaux.

Installer Rocrail

Télécharger Rocrail

Bien identifier sa version de Windows® (32bits ou 64bits). Idem pour linux. Sous Linux le logiciel est fourni sous forme de paquet (.deb), ce qui rend l’installation très simple (pas de ligne de commande). De plus le paquet installera toutes les dépendances (logiciels tiers) pour exécuter Rocrail correctement. Télécharger le fichier correspondant à sa version d’Ubuntu®.

Le logiciel se télécharge sur le site Internet de Rocail. Rocrail est disponible pour tous les principaux systèmes d’exploitation (Windows, Mac, Linux).

Installer le logiciel

Sous Windows® double-cliquer sur le programme d’installation pour débuter l’installation et suivre les indications.

Ici le chiffre « 467 » identifie la version du logiciel Rocrail, suivit de l’architecture 32/64 bits.

Sous Linux/Ubuntu® double-cliquer sur le paquet d’installation pour débuter l’installation et suivre les indications.

Ici « 448 » et « 460 » identifient la version du logiciel Rocrail. Puis le système d’exploitation (Ubuntu 16.04 / Ubuntu 18.04). Enfin l’architecture 32/64 bits (i386 pour 32 bits et amd64 pour 64 bits).

Les versions logicielles Rocrail peuvent varier selon Windows®/Linux®. Le rythme de mise à disposition étant différent entre les 2 plateformes (il y a une version Window® quotidienne pour 1 version Linux par semaine).

Comprendre l’architecture Rocrail

Rocrail est un logiciel dit Client / Serveur. C’est à dire qu’un serveur tourne en tâche de fond sur une et une seule machine (c’est le serveur) et que les appareils qui s’y connectent sont des clients.

Dans l’environnement Rocrail un client pourra être : Un ou plusieurs ordinateurs (et ce quelque soit son système d’exploitation Windows, Mac, Linux). Mais également un smartphone ou une tablette. Voir même la Roco Mouse Wifi qui pourra se connecter directement au système.

Il est donc facile d’étendre le nombre de postes de pilotages à moindre frais. « Tout le monde aujourd’hui possède un smartphone… »

Dans l’environnement Rocrail on nomme :

  • « Rocrail » : La partie serveur
  • « Rocview » : La partie logicielle pour le contrôle des machines et la gestion du plan

Débuter son plan

Démarrer le logiciel du bon pied plan

Exécuter le logiciel « RocView ». Lors de la première exécution il ne trouvera pas forcément le serveur qui n’est pas lancé. Le plus simple est de forcer le démarrage de la partie serveur chaque fois que l’on exécute « Rocview ». Une fois Rocview lancé, aller dans le menu «File » puis « Rocview properties ». Dans l’onglet « Path », sélectionner le chemin du dossier par défaut et cocher « Use Workspace at startup ».

Au prochain démarrage Rocview lancera également le serveur Rocrail avec ce plan.

Ici on sélectionne Le dossier « Rocrail » qui est dans « Documents » (Windows). En cochant l’option le logiciel ouvrira le serveur avec le plan associé au dossier de démarrage. Valider, enregistrer, fermer « Rocview » et le relancer. Le logiciel devrait afficher le plan Démo par défaut.

Le plan démo Rocrail.

Passer l’interface en français

Dans le « View », « Language », Sélectionner Français. Puis redémarrer le logiciel.

Ajouter sa centrale

Une fois les paramètres de base du logiciel installé, il faudra configurer une centrale raccordée au système. Ce n’est pas indispensable à ce stade pour réaliser le plan du réseau. Il faudra que la centrale soit raccordée pour tester physiquement le réseau (dans notre atelier, vérifier que les aiguilles fonctionnent convenablement).

Rocrail permet de contrôler un nombre important de centrales, se référer à l’installation en ligne selon son modèle.

  • Généralités : https://wiki.rocrail.net/doku.php?id=rocrailini-controller-fr
  • Trouver sa centrale : https://wiki.rocrail.net/doku.php?id=controllers-en (en anglais car toutes les pages ne sont pas traduites)

Créer le plan

Éléments de voies basiques

Pour la création du plan de voies nous aurons besoin des éléments suivants :

Éléments de voie de base pour la création du plan de voie.

Glisser les éléments sur le plan

Cliquer sur Plan des voies > Éditer le plan pour afficher la fenêtre des éléments :

Naviguer dans les différentes catégories des éléments de voie.
  1. Glisser et déposer l’élément sur la fenêtre du plan.
  2. Basculer entre les différents type d’éléments.
  • Faire un clic droit sur l’élément et « Orientation » pour le positionner dans le bon sens.
  • La rotation peu s’effectuer également et plus rapidement avec la combinaison de touches « ALT+R ».

Nommer et configurer les éléments du plan

Les éléments de type aiguilles, TJD (traversée-jonction-double, blocs et capteurs doivent être paramétrés (notamment au niveau de l’adresse). Faire un clic droit sur l’élément pour afficher le sous menu associé, puis cliquer sur propriétés :

Accès aux Propriétés de l’aiguille.

Aiguilles

Nommer l’aiguille (identifiant unique).
  1. Dans l’onglet général
  2. Attribuer un nom unique pour l’aiguille (ex : sw01, sw02, etc.… sw pour switch et le n° pour l’adresse de l’aiguille).
Configurer l’adresse de l’aiguille.
  1. Puis dans l’onglet « Interface »
  2. Attribuer l’adresse DCC (adresse unique)
  3. Inverser au besoin la commande si l’aiguille s’oriente physiquement différemment par rapport au plan.
  4. Toutes les fenêtres de RocRail donnent accès à l’aide en ligne. Ne pas hésiter à la consulter pour en apprendre d’avantage sur les autres éléments de configuration.

TJD

Pour la TJD, le principe est le même, la nommer et lui donner ici pas une mais deux adresses.

Blocs

Dans ce premier atelier, nous nous contenterons de nommer le bloc et de positionner son sens d’entrée par le côté +. Éviter les noms longs de bloc, cela permet de visualiser le nom de la machine qui s’y trouve (ex : C1 pour Coulisse Voie 1).

Configurer les propriétés du bloc.
  1. Dans l’onglet «Général»
  2. Nommer le bloc
  3. Il est possible d’ajouter une description plus précise.

Capteurs

Pour que l’automatisme fonctionne, il faut positionner 2 capteurs pour un bloc. On nommera ici le capteur sans lui attribuer d’adresse pour le moment. De la même manière que pour les aiguilles on peu utiliser la règle de nommage fb (feedback) ainsi que son numéro. Au final un bloc et ses capteurs doit ressembler à :

Le bloc et ses 2 capteurs logiques.

Tips et bonnes pratiques

  • Les libellés des identifiants (des éléments de voies) doivent être uniques
  • Les libellés des identifiants quelque soit le type (voie, loco, etc…) doivent être uniques
  • Blocs : Le + doit être côté entrant s’il y a un sens imposé
  • Éviter les noms longs de bloc, cela permet de visualiser le nom de la machine qui s’y trouve (ex : C1 pour Coulisse Voie 1)
  • Pas d’espace ni caractères accentués dans les identifiants de blocs
  • Ne pas inclure de capteurs de rétro-signalisation sur les portions contenant des aiguilles
  • Un bloc en quelque sorte « c’est une ligne droite »

Nommer son plan

Dans le menu «  Fichiers », puis « Propriétés du plan », nommer le plan et indiquer l’échelle (indiquer l’échelle sert à faire des calculs de vitesse sur des portions de voies).

Nommer son plan.

Vérifier l’intégrité du plan

La vérification du plan permet de mettre le doigt sur des erreurs (ex : des éléments de voies qui se superposeraient) ou des informations manquantes (ex : l’adresse d’une aiguille manquante). Cliquer dans le menu Fichiers > Routeur > Vérifier l’intégrité du plan. Dans la fenêtre en bas à gauche s’affiche le résultat de la vérification :

Ici 5 signaux qui sont posés sur le plan n’ont pas reçu d’adresses. Idem pour 2 aiguilles. Corriger les problèmes, vider les messages ( Menu Afficher > Effacer les messages, ou combinaison de touches « Alt + K ».

Ici certains signaux et aiguilles n’ont pas d’adresses DCC renseignées.

Dater son plan avec un élément de type texte

Comme pour tout « bon » document, dater son plan permettra de vérifier la version courante et suivre l’avancement de son travail. Un élément « Texte » peut fait l’affaire pour afficher la date de la dernière mise à jour. Ajouter un élément de plan de voie de type « texte » et renseigner son contenu (ici la date du jour). Accéder aux propriétés de l’élément (clic droit sur l’élément texte + Propriétés) pour afficher la fenêtre ci-dessous :

Propriétés des éléments de texte.

Utiliser le bloc notes

Rocrail dispose également d’une fonctionnalité « Bloc notes ». Le « bloc notes » peut être utilisé par exemple pour lister au fil de l’eau les modifications apportées au plan ou comme « mémo » des choses que je devrais encore faire.

Le bloc note comme mémo lié directement au plan.

Tester son plan

Une fois le dessin du plan finalisé et les adresses des aiguilles assignées, il faut tester en situation réelle, soit centrale allumée. Tester les aiguilles une à une et inverser le sens en cas de besoin (si la position de l’aiguille ne reflète pas celle indiquée sur le plan).

Inverser le sens de l’aiguille au besoin pour que l’affichage sur le plan reflète la position physique de l’aiguille.

Changer le thème des éléments de voies ?

Rocrail permet d’utiliser des thèmes différents. Par défaut le logiciel est installé avec le thème SpDR60. Qui dispose d’une autre autre variante dite « Slim ». Dans le menu : Fichier > Propriétés de Rocview, accéder à l’onglet « SVG ». Puis sélectionner le chemin vers le thème SLIM :

Changer le chemin du thème SVG des éléments de voies.

Pour le thème SLIM :

C:\Users\NomUtilisateur\Documents\Rocrail\svg\themes\SLIM

Cet article vous a plu ? Partager le sur les réseaux sociaux.


Vous aimez ? Partager et Liker sur les réseaux sociaux.
  • 28
  •  
  •  
  •  
  •  
    28
    Partages