Améliorons nos vieilles potences Jouef

La signalisation est une étape indissociable de la réalisation d’un réseau miniature ferroviaire et tout modéliste devra s’y attaquer tôt ou tard. La potence Jouef ayant été largement répandue, il y a de forte chance que vous en possédiez une sur votre réseau ou dans vos placards. Plutôt que de la laisser dans son jus, voici un tuto pour modifier et améliorer nos bonnes vieilles potences Jouef.

Pour ce tuto nous aurons besoin de :

  • Fine barre ronde en laiton dia 0,4 mm de chez l’octant réf. P601 par exemple
  • Grille laiton réf. 9006 de chez Decapod
  • Plasticard de chez Evergreen de 1,5 mm d’épaisseur réf. 9060 et 0,4 mm réf. 9007
  • Tube Evergreen Ø3,2 mm réf. 224
  • Baguettes Evergreen rectangle 2,5×4 réf. 177
  • Outillage de base : cutter, limes, scie, perceuse, pince coupante, fer à souder, réglet etc.
  • Autre : apprêt, peinture, soudure, décapant

Démontage de la potence

Pour le démontage de notre potence rien de plus simple. Au niveau de la passerelle et de l’échelle d’accès je démonte la vis que je mets de côté pour plus tard. Ensuite je déclipse la plateforme de la passerelle à l’aide soit d’un tournevis ou le dos d’une lame de cutter. Je retourne ma potence et démonte la plaque en fer tenue par deux vis. Cette plaque ne me resservira pas. À la base de l’échelle je redresse les deux pattes de celle-ci ce qui me libère l’échelle que je retire et la met de côté.

Modèle de départ où les nacelles ont été retirées.

Si une ou deux nacelles sont en place, au niveau de l’embase, je déconnecte les fils électriques de chaque ampoule. Ensuite ces fils passent dans le mât au travers d’une gaine puis courent le long de la passerelle. Les fils se retirent très facilement. Je retire ensuite la ou les nacelle(s).

Une fois les nacelles retirées, la passerelle se démonte sans difficulté du mât. À ce moment le mât se sépare en deux c’est normal… je retire la gaine qui est à l’intérieur et qui ne me servira plus.

 
 
 
 

Je reprends la passerelle et mesure toutes les côtes de la rambarde : la hauteur des deux barres horizontales, la longueur totale des 3 rambardes (une de chaque côté de l’échelle d’accès et une en face), la distance entre chaque montant. Bref je note toutes les infos possibles qui me serviront plus tard pour refaire mes rambardes avec du fil laiton et je fais un plan pour plus tard. Ensuite je coupe tous les montants des rambardes et j’arase à la lime.

Une fois dégagé de ces rambardes je m’attaque à la partie la plus délicate. En effet à l’intérieur de la passerelle il y a deux parois en plastique sur toute la longueur qui permettaient de dissimuler les fils des nacelles. Du coup cela gâche le réalisme de l’ensemble donc on retire !!!

Mais le problème c’est que l’ensemble est solidaire et moulé d’un bloc, il faut impérativement garder les croisillons en dessous. Pour cela je découpe les parois à l’aide d’une scie à chantourner en suivant chaque croisillon. Ensuite il reste juste des petits bouts sur chaque croisillon que je coupe à la pince coupante. Surtout prenez bien votre temps pour le faire et conservez bien les croisillons qui rigidifient la passerelle. Mais bon si un accident arrive ce n’est pas si grave c’est du plastique ça ce recolle…

Réalisation des rambardes en laiton

Pour la réalisation des nouvelles rambardes voici comment je procède. Je reprends mon plan avec les côtes que j’avais prises lors du démontage. Je reporte ce plan sur une planche de contre-plaqué qui fera office de gabarit. Je colle sur l’ensemble de mon plan du scotch double face transparent. Je prends des fines barres rondes en laiton de chez L’octant, micro modèle ou tout autre fournisseur de tige en laiton. Je découpe tous les petits bouts qu’il me faut pour mettre sur mon gabarit et maintenu par le scotch.

Je soude toutes les intersections de mes tiges, pour cela je procède de la sorte : à l’aide d’un fin pinceau je dépose une très petite goutte de décapant pour soudure. J’étame la panne de mon fer à souder avec de la soudure et j’approche mon fer des tiges laitons et la soudure file souder mes tiges. J’évite de déposer directement la soudure sur les tiges avec le fer car cela risque d’apporter trop de soudure à la jonction et faire un gros pâté disgracieux.

Mais si cela vous arrive, pas de souci on peut soit utiliser de la tresse à dessouder soit une lime… Une fois mes rambardes soudées, je nettoie bien l’ensemble pour retirer le décapant. Pour cela j’utilise une brosse à dent et de l’eau chaude savonneuse puis je rince et sèche bien au sèche-cheveux.

Je reprends ma passerelle ainsi que mon plan et reporte l’emplacement de chaque montant de mes rambardes. Je perce un trou de 0,5 mm de diamètre sur une profondeur de 1 à 2 mm, uniquement pour positionner mes rambardes. Puis je dépose une petite goutte de colle Cyano.

Gabarit dessiné sur une planche de contre-plaqué et fil laiton soudé

Sur ce modèle je n’ai pas de câblage à passer donc je peux à présent repositionner ma plateforme.

Lors d’un prochain tuto, je réaliserai une potence avec des nacelles fonctionnelles et vous montrerai comment passer les fils discrètement.

Les rambardes une fois fabriquées et collées sur la passerelle.

Réalisation du socle

Ensuite je reprends le mât ou je retire le socle pour en refaire un… Version bloc de béton.

Pour le mât en lui-même je ne change rien. Je découpe proprement l’embase de la potence en conservant 3 mm tout autour du mât et de ses triangles de renfort au pied du mât. Je prends les dimensions de ce qu’il reste du socle, longueur et largeur. Dans un profilé en plastique Evergreen de section rectangle de 2,5×4 je découpe des bouts aux dimensions de l’embase que je colle dessous de façon à rehausser l’ensemble de 4 mm.

Une fois bien sec je lime légèrement le contour pour uniformiser l’ensemble. Je passe également un coup de lime sur le dessus pour atténuer le grain du socle d’origine.

Je remonte la passerelle et l’échelle et vis l’ensemble. Le défaut de cette potence est que très souvent l’échelle et la vis avaient tendance à rouiller. Donc avant de les remonter bien les dérouiller à l’aide d’une brosse fibre de verre.

Dans du Plasticard de 1,5 mm d’épaisseur je découpe un morceau de la largeur du socle du mat (2nbsp;cm) et d’une longueur de 6 cm suffisante pour aller jusqu’au pied de l’échelle. Je colle le petit socle de l’échelle ainsi que le pied de l’échelle sur le socle.

Le travail sur la potence est terminé. Avant la mise en peinture de l’ensemble je m’attaque aux nacelles.

Modification des nacelles et de la cible

Amélioration des nacelles

Pour la modification d’une nacelle, dans un premier temps je démonte la cible. C’est simple, juste une vis en dessous du signal que je mets de côté. À l’arrière du signal je démonte les deux vis qui maintiennent le support des ampoules que je retire. Je ne m’en resservirai pas. Il me reste la face avant le socle et le petit œilleton avec la plaque « Nf ». Je vais me servir de la cible comme support de ma future cible. Pour cela, je retire les casquettes et lime les faces avant et arrière pour supprimer tous les reliefs. Je coupe et l’arrondi du haut, puis coupe les jonctions entre les trous des ampoules de façon à avoir une sorte de U. Pendant cette opération, bien faire attention à l’œilleton et la pancarte « Nf » que je garde.

Je mets de côté mon support de cible et je m’attaque à la nacelle proprement dis. Le modèle d’origine a les bonnes dimensions générales mais les montants sont trop gros. J’affine donc toutes les barres et montants patiemment à la lime. Ce travail est un peu long mais le résultat me plaît bien. Par contre petit impératif : les 4 montants qui servent d’accroche de la nacelle sur la passerelle ne doivent pas être diminués a l’intérieur mais seulement à l’extérieur. Sinon la nacelle ne tiendrai plus sur la passerelle. Pendant cette phase j’en profite pour découper l’arrière de la nacelle qui représente une grille mais dans un bloc de plastique ce qui alourdi le modèle. Une fois découpé et limé proprement je découpe dans de la grille Decapod un carré à la dimension du trou et je colle à la Cyano ce qui aère l’ensemble et rend la nacelle un peu plus réaliste.

Dans la réalité une nacelle de ce type a des renforts à chaque jonction des montants afin de solidifier l’ensemble. Après avoir affiné ma nacelle je représente ces renforts. Pour cela je découpe dans du Plasticard de 0,4 mm des carré de 2 x 2 mm pour la partie haute et 2 x 3 mm pour le bas. Ensuite je les colle simplement. Pour ma part je les ai collé coté extérieur mais il est possible de les coller coté intérieur. À vous de voir ce qui vous plaît le mieux.

Amélioration des cibles

Une fois la nacelle terminée, je m’attaque à la cible. Pour notre réseau nous avons besoin d’une potence avec deux nacelles équipées de cible G (ci-dessous, en rappel les lettres des cibles de la signalisation ferroviaire française). Pour reproduire cette cible je reporte les dimensions, dimensions que l’on peut trouver facilement sur internet, sur de la carte plastique de 1,5 mm d’épaisseur et reporte également l’emplacement de chaque feu puis je perce les trous au diamètre 3,3 mm. Je découpe ma cible. Je prends du tube diamètre 3,2 mm de chez Evergreen et je coupe des longueurs de 11 mm.

Ces tubes ont une paroi trop épaisse. J’affine donc en perçant l’intérieur à un diamètre plus gros. Une fois affiné voici un moment délicat qui consiste à couper en biais sur la longueur du tube afin de reproduire la casquette. Une fois les casquettes prêtes, je les colles dans les trous de la cible. Pour cette potence les cibles ne seront que très peu visible donc j’ai mis toute les casquettes de la même longueur et je ne mets pas les Leds. Mais sur la prochaine qui sera bien visible je ferai les casquettes aux dimensions.

Je reprends mon support fais dans l’ancien signal et je colle ma nouvelle cible. Une fois bien sec je refixe avec sa vis l’ensemble sur la nacelle.

Mise en peinture

Pour ce qui est des peintures, j’utilise personnellement les peintures de chez AMF87 mais il y a d’excellents produits chez d’autres fournisseurs comme Decapod ou les peintures Tamiya, Vallejo, etc. À chacun de faire avec ce qu’il a l’habitude de travailler.

Sur l’ensemble, la potence et les nacelles je passe en premier une couche de primer phosphatant car sur les plastiques de chez Jouef la peinture accroche mal. Ensuite je peins l’ensemble des éléments avec le gris antirouille clair mat de AMF87 réf. P122

Je peins ensuite la cible et les casquettes de couleur noire mat. Pour le liserer blanc, je le découpe à l’aide d’une Craft Robo (machine de découpe papier), mais il est possible d’imprimer simplement la cible sur une imprimante classique et de découper le contour extérieur et évider l’intérieur et coller ensuite le liserer délicatement sur la cible (j’ai fait un essai en le déposant sur la peinture pas tout à fait sèche et cela tiens très bien)

Je repeins également en noir l’œilleton, la pancarte en noir et les lettres en relief en blanc.

Ensemble peint, il ne reste plus que la patine à faire.

Une fois le modèle terminé, on a la possibilité de faire de la patine. Pour ma part j’ai passé juste un voile sur l’ensemble. J’ai utilisé la peinture de patine de chez Decapod le délavé teinte froide réf. 8257.

Ensuite quelques traces de boue au pied du mât et de l’échelle lavis boue réf. 8252. On peut faire les traces de rouille sur le mât, la passerelle et la nacelle avec le voile de rouille réf. 8254

Modèle en situation

Ce modèle est fait avec de cibles sans LEDS car l’éclairage ne sera pas visible en raison de l’emplacement de la potence (à l’opposé d’une sortie de tunnel).

Mais nous allons prochainement monter une potence double avec 5 nacelles et cibles fonctionnelles. Je vous montrerai le montage des LEDs ainsi que le passage discret des fils dans la potence.

Vous aimez ? Partager et Liker sur les réseaux sociaux.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •